• Gendarmerie1

    A l'angle de la rue St-Evroult et de la rue des Jacobins, la gendarmerie s'installa dans les bâtiments centraux de l'ancien couvent des Jacobins.

     

    Reconstruit en 1769, le couvent abritait quatre religieux. En 1791, ils refusèrent de prêter serment à la Constitution civile du clergé et furent expulsés.

     

    La ville acquis le couvent pour en faire un lieu de réunion des Commission militaire, puis elle le céda au département en 1795.

    L'administration départementale y siégea de 1795 à 1798, puis transféra son activité dans les anciens locaux de l'abbaye St-Aubin (préfecture).

     

    La gendarmerie s'y installa à son tour.

     

    rueJacobins0003

     

    Gendarmerie2

     

    rueJacobins0004

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Située à l'aplomb du rocher, la maison canoniale possède l'un des plus grands terrains de la vieille cité d'Angers. L'habitation dispose d'un côté cour et un côté jardin.

     

    Maison Canoniale St-Maurille11

     

    L'entrée de cette maison se situe 16-18 rue Donadieu de Puycharic.

     

    Maison Canoniale St-Maurille01

     

    Appelé "Maison de Cunaud", à cause de maisons voisines proches de la maison priorale de Cunaud, et le fait que la rue s'appelait  "vicus cunaldus", cet édifice avait des fonctions d'acceuil pour les religieux et de lieux d'études.

     

    En passant le porche on débouche sur la galerie sur cour, conçue pour le passage. On y trouve un plafond à caissons sculptés, assez étonnant.

     

    Maison Canoniale St-Maurille12

     

    En traversant la cour, on arrive sur une passerelle qui mène au jardin. (vue imprenable).

     

    Maison Canoniale St-Maurille04

     

    Maison Canoniale St-Maurille02

     

    Dans le jardin, une galerie en retour d'équerre a été réalisé par Jean Delespine (l'architecte de la Cathédrale et de l'Hôtel Pincé).

     

    Maison Canoniale St-Maurille03

     

    Au centre du jardin, le puits à quatre colonnes doriques porte sur chaque face des chapiteaux, un quatrain en l'honneur du puits et de son constructeur Jean Boyvin.

     

    Maison Canoniale St-Maurille07  Maison Canoniale St-Maurille08

     

    Maison Canoniale St-Maurille06

     

    Maison Canoniale St-Maurille10  Maison Canoniale St-Maurille09

     

    La demeure a appartenu ensuite au baron Le Guay (préfêt du Maine et Loire). Aujourd'hui c'est la propriété de Mme de Coulange et de sa fille et gendre  Mme & Mr Barret.

     

    La maison canoniale est visible lors des journées du Patrimoine.

     

    Maison Canoniale St-Maurille05

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique